DISPOSITIONS LEGALES

Réforme du calcul des droits de pension : Précisions apportées par le Ministre des pensions

Réforme du calcul des droits de pension :

Précisions apportées par le Ministre des pensions

 

A la suite des récents commentaires relatifs à la réforme du calcul des droits de pension, il convient d’apporter les précisions suivantes :

1) La réforme ne concerne que les pensions qui prendront cours au plus tôt le 1er janvier 2019. Elle ne concerne par ailleurs que les périodes de travail ou assimilées postérieures au 1er janvier 2017.

2) La réforme vise à renforcer le lien entre le travail et la pension.  Cela signifie notamment que :

·         Toutes les journées de travail seront, à partir du 1er janvier 2019, prises en compte pour le calcul de la pension, même lorsque le travailleur a déjà atteint la carrière de référence (45 ans).  Des droits complémentaires seront également accordés à ceux qui effectuent un travail pénible.  Dans le même esprit, le plafond salarial (au-delà duquel le salaire perçu ne permet pas la constitution de droits complémentaires de pension) a été relevé de 1,7 % au 1er janvier 2018

·         Le calcul des droits de pensions constitués en 2ème période de chômage et en période de prépension est modifié (calcul sur base du droit minimum (23.841,73 €) au lieu du dernier salaire). On finalise la réforme décidée par le Gouvernement Di Rupo qui avait déjà décidé d’utiliser le droit minimum pour le calcul des droits de pensions constitués durant la 3ème période de chômage et les périodes de prépension avant 59 ans.

 3) La réforme du calcul des droits de pensions constitués en 2ème période de chômage et en période de prépension prévoit de nombreuses exceptions.

·         En ce qui concerne le chômage : Elle ne concerne pas les chômeurs temporaires (chômage économique, technique, intempéries ou force majeure), les travailleurs à temps partiel, les allocataires d’insertion, les chômeurs activés (ALE,…), les travailleurs des ports, les artistes,…

·         En ce qui concerne les prépensions :  Elle ne concerne pas les prépensions octroyées avant le 1er janvier 2017, les prépensions pour entreprises en restructuration, pour entreprises en difficulté, pour raison médicale et pour métiers lourds.

4) Les projets de textes réglementaires sont actuellement examinés par le Conseil d’Etat.   En l’état actuel, ces projets ne prévoient pas d’exception pour les chômeurs âgés de plus de 50 ans. Si le chômeur de plus de 50 ans ne peut invoquer une exception pour échapper à la dégressivité mise en place par le Gouvernement précédent (chômeur temporaire, travailleur à temps partiel avec AGR,...), ses droits seront calculés en deuxième période sur base du droit minimum.

5) La réduction évoquée des droits de pension à concurrence de 140 € bruts implique qu’il s’agisse de travailleurs qui, d’une part, ont bénéficié dans le cadre de leur dernier emploi d’un salaire supérieur au plafond salarial (54.648,70 €) et qui, d’autre part, sont restés sans interruption en 2ème et 3ème périodes de chômage complet pendant au moins 4 ans.  Il faut signaler qu’à l’inverse, le calcul des pensions au droit minimum (en 2ème et 3ème période de chômage) préserve ceux dont le dernier salaire était inférieur à 23.841,73 € par an.  Les plus bas salaires sont donc intégralement préservés.

 

Commentaires SeniorFlex
  Des précisions bien utiles !
L’idée générale est de lier plus solidement les droits à la pension au travail effectif.

Un « encouragement » très clair à retrouver du travail rapidement. Car les droits à la pension du chômeur sont très inférieurs aux droits basés sur le salaire d’un travail !!! 

Par contre une petite augmentation du plafond des droits à la pension ,1,7%   c’est un très  petit pas dans la bonne direction ;

On paie des cotisations pensions sur le salaire total, mais ce n’est comptabilisé que jusqu’à un certain montant.! 
(à l’opposé du principe annoncé  
liaison pension –travail)

Diminuer les droits, c’est simple, rectifier les injustices, ce n’est qu’à petits pas !

Quant à la difficulté de retrouver du travail quand on a plus de 50 ans , il faudrait que les ministres de l’Emploi se motivent  pour trouver des incitants anti- discrimination et rassure les employeurs potentiels sur leur avenir.

A propos

Nous sommes des femmes et des hommes de bonne volonté, luttant en Belgique et en France, depuis 2003, contre la discrimination par l'âge dont font l'objet les seniors et pour la liberté de choix de ceux qui désirent continuer à exercer une activité lucrative après 45 ans, sans subir rejets, préjugés, pénalités ni contraintes administratives.

Suivez-nous