ACTIONS

 Chère Madame Robert,
 
J'ai bien reçu votre message qui a retenu toute mon attention.

Nous sommes heureux d'avoir participé à cette initiative citoyenne. Pour le PS, nos aînés doivent occuper pleinement leur place au sein de notre société, et le relais d'informations spécifiques rejoint cet objectif.
Je vous communique donc ci-dessous les réponses relatives aux diverses questions que vous nous avez soumises.

1. Comment inciterez-vous les entreprises à mieux gérer leurs besoins en compétences, à lutter contre la discrimination par l'âge et à diffuser des exemples de bonnes pratiques ?

 Afin de répondre au défi du travail des seniors, le PS a porté les mesures suivantes dans l'accord de Gouvernement :

· Le SPF emploi mettra à disposition des entreprises un modèle de plan pour l'emploi des seniors.
Via la concertation sociale, les entreprises devront conclure un plan concret et adapté à leur taille pour le maintien à l'emploi des travailleurs âgés ;
·  Le bilan social fera également apparaitre une ventilation des données en fonction de l'âge des travailleurs ;

·  La législation sera adaptée pour que les entreprises qui procèdent à un licenciement collectif respectent la pyramide des âges interne à l'entreprise. A défaut, une cotisation supplémentaire sur les prépensions ou un remboursement des réductions de cotisations dont l'employeur a bénéficié pour les travailleurs âgés licenciés sera mis en place par le Gouvernement ;

·         Enfin, le bénéfice de la mesure Activa sera étendu aux prépensionnés.

   2. Comment comptez-vous donner une impulsion nouvelle au travail des seniors ? Vos candidats sont- ils prêts à susciter et réaliser une grande campagne de communication sur le thème     « les Seniors, une ressource et non une charge » ?

Il est bien évident que les seniors sont une ressource et que l'augmentation de l'espérance de vie est une opportunité. Si les candidats sur les listes PS sont sollicités en ce sens, nous sommes certains qu'ils répondront positivement.

3.  Comment vos candidats comptent-ils organiser l'accueil et le soutien concret des seniors qui désirent rester actifs ? Quelles actions  de terrain  prévoyez- vous pour encadrer l'offre et la demande de compétences diverses ?

Il est important de privilégier au sein de la commune, une approche transversale de la politique des aînés afin de mieux les y impliquer et d'encourager toutes les formes de participation.
Pour cela, le PS propose de:  
·    développer un plan local en faveur des aînés « ville/commune/région amie des aînés » ;

·   renforcer la participation des aînés à la vie politique locale et dans les différentes structures communales et para communales, notamment par l'instauration d'un Conseil consultatif communal des aînés

·   mettre en place au sein de la commune une personne de référence « aînés actifs », avec pour mission d'orienter et d'informer les aînés sur l'ensemble des activités et des services à leur destination, ainsi que de servir de médiateur en cas de difficultés avec un service public. Cette personne de référence agira en concertation avec le Conseil consultatif ou la plate-forme communale des aînés ; 

·   créer des « maisons communautaires », lieux de vie où sont proposés aux aînés, régulièrement et en groupe, la possibilité d'un accueil, de rencontres de personnes de même génération ou d'un autre âge, des activités participatives diverses, des moments de convivialité ; 

·   soutenir une politique de transports en commun tenant compte des besoins spécifiques des aînés (fréquence des dessertes, points d'arrêt, parcours, accessibilité des transports, arrêt à la demande, abris de bus, entretien des escalators dans les métros...) et mettre en place un service social de mobilité pour les aînés moins valides (taxi social) ; 

·  faciliter l'accès à la culture en informant les aînés des activités culturelles dans la commune (par exemple par la diffusion d'un bottin des activités culturelles et récréatives pour les aînés), en organisant un service de prêt à domicile de médias (bibliothèque, médiathèque, ...), en soutenant  le développement de la vie associative des aînés (clubs culturels, comités 3 X 20) et en proposant un programme de loisirs actifs et adaptés.  

  4.   Ne pensez-vous pas qu'il faille supprimer les freins à l'activité des seniors, tels que plafonds, interdictions et pénalités ?

Tout à fait, comme prévu dans l'accord de gouvernement : les pensionnés qui atteignent 42 ans de carrière pourront dorénavant travailler autant qu'ils le souhaitent, tout en touchant l'intégralité de leur pension. Ceux qui n'atteignent pas cette condition de carrière pourront évidemment, comme c'est déjà le cas actuellement, continuer à travailler, et la sanction (réduction de la pension) deviendra progressive au dépassement du plafond de revenus professionnels autorisés (désormais indexé).

 5.  Pensez-vous mettre en place un dispositif accessible à toutes les catégories de salariés pour valoriser les acquis de l'expérience et autoriser l'enseignement de ces compétences vérifiées et certifiées par leurs pairs, avant la disparition de cette expertise?

Il existe un dispositif de valorisation des acquis de l'expérience et de certification de ces dernières. Le PS est par ailleurs favorables aux dispositifs de tutorat qui permettent de transmettre l'expérience acquise dans un dispositif d'apprentissage.  

 6.  Comment comptez- vous encourager la création ou la reprise de PME par des seniors qui veulent continuer une activité professionnelle ? Quelles mesures pensez- vous employer pour créer une synergie entre grands groupes et les PME dans votre bassin d'emploi ?

Il est très important d'encourager la reprise de PME. On constate en effet que de plus en plus de dirigeants d'entreprise éprouvent des difficultés à trouver un repreneur. En Belgique, des outils (Sowaccess, Fonds de participation, Fonds bruxellois de garantie) proposent aujourd'hui des dispositifs pour faciliter la reprise d'entreprise. Mais ces dispositifs ne sont pas spécifiquement orientés vers des catégories de travailleurs bien spécifiques. Ils s'adressent à tout repreneur potentiel, quel que soit son âge.   

7.  Que pensez-vous du droit de choisir librement l'heure de l'arrêt de l'activité, et de  prendre en compte toutes les prestations de travail valoriser toutes les prestations de travail (y compris celles accomplies après 65 ans) dans le calcul de la pension individuelle ?  

Bien évidemment, le calcul de la pension doit intégrer les années de travail prestées après 65 ans. C'est déjà le cas aujourd'hui pour les personnes qui, à cet âge, n'atteignent pas une carrière complète. Mais le PS est également favorable à prendre en compte dans le calcul de la pension toutes les années prestées au-delà d'une carrière complète de 45 ans.  

 Vous renouvelant tous nos remerciements, recevez Chère Madame Robert, l'expression de nos cordiales salutations.

Thierry Giet
Président du PS

Réponses des FDF

 

 Madame la Présidente,

Par la présente, j'ai l'honneur d'accuser réception de votre courriel de septembre 2012, par lequel vous nous interrogez sur notre message à destination des seniors qui souhaitent rester actifs.

Plusieurs réponses à vos questions ne relèvent pas des compétences communales, mais je me permets de les mentionner afin de donner une vue d'ensemble de la manière dont nous abordons le travail des seniors.

1)      Incitants pour les entreprises
        ·         Réduire le coût du travail
La poursuite d'une politique de réduction des cotisations patronales contribue selon nous à inciter les entreprises à conserver voire à recruter des + de 45 ans. Nous proposons d'exonérer totalement le recrutement des 3 premiers collaborateurs. Ceci devrait permettre aux indépendants, aux PME et aux TPE de recruter plus aisément des personnes expérimentées, (dont le salaire est souvent plus élevé puisqu'il a tendance à augmenter avec l'âge). Dans le même ordre d'idées, nous proposons d'iintroduire un mécanisme d'indexation salariale moins coûteux et plus équitable : tous les salaires resteraient indexés, mais jusqu'à un certain seuil, par exemple  3.250 ou 3.500 € bruts par mois. Environ 70 % de la population se situe en deçà de ce seuil et continuerait donc à bénéficier pleinement des effets positifs de l'indexation. Cette mesure devrait aussi contribuer au maintien des cadres vieillissants dans leurs fonctions sans menacer leur pouvoir d'achat puisque leur salaire serait encore en partie indexé.
·         Mieux lutter contre les discriminations à l'embauche

En ce qui concerne les discriminations, nous entendons les traiter toutes de la même manière, qu'il s'agisse de discriminations sur base de l'âge, du sexe, de l'origine, de la langue,...Il va de soi que le secteur public doit montrer l'exemple... ceci me paraît répondre à votre souhait de voir diffuser des exemples de bonnes pratiques.

·         Etendre les missions du « Guichet d'information sur la discrimination à l'embauche » d'Actiris
Après analyse des faits, ce service estime s'il faut un suivi juridique. Si tel est le cas, un juriste du Centre pour l'Egalité des Chances aide la victime à obtenir réparation. Nous proposons d'étendre ses missions comme suit :
Ø  Créer une banque de données d'employeurs « douteux » et collaborer avec l'Inspection sociale
Ø  Développer un programme de prévention : comment réagir aux questions douteuses, comment éviter la réaction de rejet, comment détecter la discrimination,...
Ø  Former les autres conseillers à détecter les problèmes et à réagir, et je pense ici tout particulièrement aux conseillers « emploi » qui travaillent dans les Maisons de l'emploi dans les communes. Ceci est également notre réponse à la question 3) concernant l'accueil et le soutien concret sur le terrain, et nous préconisons d'adopter le même type de démarche pour la Wallonie.

2)     Impulsion nouvelle.
Nous sommes favorables à une campagne de sensibilisation car il faut agir sur les mentalités, les réflexes et habitudes. Il faut non seulement sensibiliser les employeurs mais aussi tous les intermédiaires actifs sur le marché de l'emploi, qu'ils relèvent du secteur privé ou du secteur public.
3)   Suppression des freins à l'activité des seniors

Nous sommes tout-à-fait d'accord et nous nous réjouissons des avancées déjà obtenues : les plafonds de revenus pour le travail autorisé ont en effet déjà été revus à la hausse. Nous souhaitons les supprimer.

4)    Valorisation de l'expérience
Il faudrait selon nous accélérer le processus de validation des compétences, en veillant à ce que cette validation soit la même sur l'ensemble de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Les compétences ne devraient effet plus être uniquement appréciées sur la base d'un diplôme. Nous souhaitons également soutenir le mentorat (aide rémunérée ou pas des starters créateurs d'entreprises grâce aux conseils de personnes expérimentées).

5)   Actions auprès des PME

Les FDF souhaitent encourager fiscalement les donations à un membre de la famille qui crée ou reprend une PME en Région bruxelloise.  En Région bruxelloise, le Code des droits d'enregistrement prévoit un taux de 3%, en cas de transmission à titre gratuit d'une activité industrielle, commerciale, artisanale ou agricole, d'une profession libérale ou d'une charge ou office.  Par rapport au  taux zéro prévu en Région wallonne, le taux bruxellois peut se révéler prohibitif et c'est pourquoi les FDF proposent d'exempter complètement les donations d'entreprise familiale entre membres d'une même famille jusqu'au troisième degré, de tout droit d'enregistrement

D'autre part, nous entendons favoriser la création des entreprises familiales en allégeant les droits d'enregistrement en cas d'apports financiers ou en nature effectués à titre gratuit à l'attention d'une société contrôlée à plus de 50% par un membre de la famille du donateur ou à un entrepreneur membre de la famille du donateur, jusqu'au troisième degré.
Actuellement, en Région bruxelloise, les donations de biens meubles (actions...) sont soumises à un taux fixe de 3% entre parent et enfants, ainsi qu'entre époux et cohabitants. Pour les autres membres de la famille la taxation est équivalente à celle appliquée en cas d'absence de lien familial, soit 7%.

Pour la Région wallonne, ce taux est de 3,3% pour les donations en ligne directe et de 5,5% pour les donations entre frères et soeurs, et entre oncles ou tantes et neveux ou nièces.

Les FDF proposent d'élargir le taux réduit de 3% aux donations de biens meubles, d'une valeur totale et maximale de 100.000€, octroyées à l'attention d'une société contrôlée à plus de 50% par un membre de la famille du donateur ou à un entrepreneur membre de la famille du donateur, jusqu'au troisième degré.

Ces mesures sont de nature à aider les jeunes entrepreneurs comme les seniors. Par exemple, cela peut permettre à un senior de transmettre son entreprise à un membre plus jeune de sa famille tout en réduisant ses activités ou responsabilités dans l'affaire. Un senior victime d'une restructuration pourrait aussi être aidé par des membres de sa famille en vue de rebondir.

Parmi les autres démarches que nous souhaitons soutenir, il en est une qui me paraît particulièrement intéressante pour les seniors et qui crée des synergies entre les employeurs : les groupements d'employeurs.
De nombreuses PME ne peuvent pas se permettre de rémunérer toutes les compétences dont elles ont besoin. Le volume d'activités ne justifie d'ailleurs pas toujours un recrutement en bonne et due forme et l'intérim ne garantit pas la maîtrise des spécificités de l'entreprise vu la grande mobilité des travailleurs. Le groupement d'employeurs permet de recruter des collaborateurs dans le cadre d'un contrat de travail à durée indéterminée tout en « partageant » leur temps de travail entre plusieurs entreprises. Toute l'expérience et le savoir-faire des seniors seraient là me semble-t-il valorisables tout en permettant une large gamme de « temps de travail ».
Cela nécessiterait un assouplissement des actuelles conditions de création des groupements d'employeurs
.

6)      Choix de l'âge de pension

En ce qui concerne le libre choix de l'âge de la pension, nous sommes d'accord, en « récompensant » les seniors qui choisissent de continuer à travailler.

J'espère que ces réponses pourront contribuer à informer vos membres, et restant à votre disposition pour toute précision complémentaire, je vous prie d'agréer, Madame la Présidente, l'expression de mes sentiments les meilleurs.  

Olivier Maingain,
Président des FDF

SeniorFlex a envoyé aux responsables des partis politiques un questionnaire sur leur engagement concernant l'emploi des seniors - ( voir la lettre au chapitre information Belgique)

Vous trouverez ici les réponses que nous avons reçu.

1ere réaction : Le MLD 
 Voici les points principaux  sur lesquels nous voudrions connaître votre position, afin de les publier sur notre site et de renseigner les seniors sur les intentions politiques des candidats aux élections:

1.  Comment inciterez-vous les entreprises à mieux gérer leurs besoins en compétences, à lutter contre la discrimination par l'âge et à diffuser des exemples de bonnes pratiques ?

Une de nos solutions serait de diminuer drastiquement les charges qui pèsent sur le travail. Aujourd'hui l'employeur doit presque payer 3 fois le revenus net qu'il verse à son employé. Un travailleur senior, mieux payé vu son ancienneté est donc plus susceptible de subir un licenciement. Ce n'est pas acceptable car ces personnes, vu leur expérience, constituent la richesse de l'entreprise. Nous pensons qu'il faut donner plus d'importance aux travailleurs seniors dans les entreprises en leur donnant des responsabilités au niveau de la formation des plus jeunes.

2. Comment comptez-vous donner une impulsion nouvelle au travail des seniors ? Vos candidats sont- ils prêts à susciter et réaliser une grande campagne de communication sur le thème     « les Seniors, une ressource et non une charge » ?

Bien entendu, nous ne cessons de défendre cette logique. Sans nos anciens, nous ne serions pas ce que nous sommes. C'est pour cela que nous leur devons du respect. Malheureusement, ce respect disparaît bien trop souvent. On délaisse nos seniors, on ne leur vient pas en aide, on les laisse même parfois sans soins. Au MLD, nous aimerions axer notre mise en valeur des compétences et de la richesse des seniors via l'intergénérationnel. Des seniors pourraient encadrer les devoirs de jeunes élèves, participer à des activités avec eux et remplir des missions de base que notre collectivité est incapable de prendre en charge.

3.  Comment vos candidats comptent-ils organiser l'accueil et le soutien concret des seniors qui désirent rester actifs ? Quelles actions  de terrain  prévoyez- vous pour encadrer l'offre et la demande de compétences diverses ?

Le mieux serait d'organiser un salon, d'informer les seniors des possibilités et de recencer ceux qui souhaitent participer à un tel projet. Le MLD estime en outre qu'il convient de créer un poste d'Echevin des Seniors au sein des Conseils communaux afin de montrer que la gestion de cette catégorie de la population constitue un enjeu primordial et d'avenir.

4.   Ne pensez-vous pas qu'il faille supprimer les freins à l'activité des seniors, tels que plafonds, interdictions et pénalités ?

Totalement, le MLD est profondément opposé à toutes ces barrières. Le travail doit toujours être récompensé. Il faut opter pour plus de libéralisme en la matière. Comment peut-on décider de plafonner du positif ? Comment ose-t-on sanctionner des démarches courageuses et positives ? C'est totalement illogique. Prenons l'exemple des maisons d'acceuil pour les enfants. Bien souvent dans certains villages, les parents n'ont aucune solution pour assurer la garde de leurs enfants. D'un autre côté, il y a des tas de grands-mères qui ne voient pas très régulèrement leurs petits-enfants. Pourquoi ne pas faire se rencontrer ces personnes afin qu'elles s'aident ? Tout le monde a à y gagner... C'est dans cette démarche que nous nous positionnons. C'est cela aussi la solidarité entre les générations.

 5.  Pensez-vous mettre en place un dispositif accessible à toutes les catégories de salariés pour valoriser les acquis de l'expérience et autoriser l'enseignement de ces compétences vérifiées et certifiées par leurs pairs, avant la disparition de cette expertise?

Bien entendu, cette richesse ne peut en aucun cas être perdue. Ainsi, un jeune qui arrive dans une entreprise devrait toujours être guidé et accompagné par un travailleur senior qui connaît l'entreprise et qui peut donner des conseils très utiles en améliorant ainsi l'intégration de la nouvelle recrue dans l'équipe.

 6.  Comment comptez- vous encourager la création ou la reprise de PME par des seniors qui veulent continuer une activité professionnelle ? Quelles mesures pensez- vous employer pour créer une synergie entre grands groupes et les PME dans votre bassin d'emploi ?

En supprimant les contraintes, les plafonds et les sanctions. Encourager le travail en diminuant les charges. Il convient aussi de mettre en valeur les seniors qui décident de passer le cap en mettant par exemple en œuvre un prix du senior entrepreneur.

 7.  Que pensez-vous du droit de choisir librement l'heure de l'arrêt de l'activité, et de  prendre en compte toutes les prestations de travail valoriser toutes les prestations de travail (y compris celles accomplies après 65 ans) dans le calcul de la pension individuelle ?

Pourquoi ne pas accepter d'offrir le libre choix au niveau de l'arrêt de l'activité ? Ca peut-être positif mais nous ne sommes pas certains que cela soit réaliste ni opportun. En outre, soucieux de l'égalité entre les citoyens/travailleurs, le MLD estime alors que ce libre-choix doit être accordé à tous. Ce serait dans la pratique très compliqué à mettre en œuvre... Pour le reste, il est normal et juste de valoriser toutes les prestations de travail, y compris celles accomplies après 65 ans, dans le calcul de la pension.

Aan de Heren 

Bruno TOBBACK,  Alexander DE CROO, Wouter BEKE, Wouter van BESIEN, Bart deWEVER    

                                                                           
                                                                                                           September 2012

 

Mevrouw en Mijnheer de Partij Voorzitters,

Betreft : Gemeenteraadsverkiezingen, Oktober 2012
Wat is uw boodschap aan de 45+ Senioren die aktief willen blijven ?

SeniorFlex vzw werd in 2003 opgericht, met als doel de strijd aan te gaan tegen de discriminatie op grond van de leeftijd, en de rechten te verdedigen van de 45-plussers die een winstgevende activiteit willen verderzetten. Via onze website (www.seniorflex.org ) delen de senioren-internetgebruikers ons hun opinie en zorgen mee, en vragen zij vaak onze hulp en raad om opnieuw aan werk te geraken.

Deze 45+ Senioren die een derde van de bevolking vertegenwoordigen, zijn thans het slachtoffer van de leeftijdsdiscriminatie en de onlogische gevolgen van een ouderwetse wetgeving.
De reglementering is gebaseerd op de leeftijden, waardoor het verboden wordt een activiteit samen met het statuut van het pensioen te cumuleren. De Senioren wensen een lukratieve activiteit te kunnen verderzetten, op een flexiebele manier en volgens hun individuele keuze. De levensduurte is hoog, huren is een zware last, de belastingen gaan omhoog, de pensioenen zijn nauwelijks voldoende, vaak te klein, en de bevolking wordt steeds ouder, dit terwijl de familiale lasten de senioren verplichten om bijkomende inkomsten te vinden.

Daarom richt SeniorFlex zich tot de politieke partijen en tot de kandidaten voor de verkiezingen, om hun visie te horen en om hun engagement te kennen want dit is een fundamenteel maatschappelijk debat.

Hierbij de belangrijkste punten waarvoor we U vragen ons uw standpunt mede te delen, zodat wij de politieke intenties van de partijen of van de kandidaten aan de Senioren kunnen bekendmaken:

1-Hoe gaat U de bedrijven bij het beheer van de beroepsbekwaamheden, aanmoedigen om de discriminatie op basis van leeftijd tegen te gaan ? en om de goede praktijk ervan in het daglicht te stellen ?

2-Wat gaat U doen om nieuwe impulsen te crëeren voor « Werk aan de senioren » ? Is uw partij of zijn uw kandidaten bereid om campagne te voeren rond het thema « Senioren zijn een vaste waarde en geen vaste last » ?

3-Op welke manier gaan uw kandidaten de opvang en de concrete begeleiding organiseren van senioren die aktief of bedrijving willen blijven ? Welke acties op het terrein stelt U voor om vraag en aanbod van deze competenties bijeen te brengen ?

4-Denkt U niet dat de beperkingen op de activiteiten van de senioren moeten afgeschaft worden? Zoals bijvoorbeeld de discriminatie op het vlak van de plafonneringen, de sancties, de verbodsbepalingen ?

 5-Hoe denkt U de overdracht van kennis en bekwaamheden d.m.v. een interactieve Bekwaamheid en Ervaring Certificatie te kunnen vergemakkelijken zodat het bereikbaar is voor alle beroepen ? Dit zal hen toelaten interim opdrachten te doen die een bepaalde vakbekwaamheid vereisen zodat deze skills en bekwaamheden niet verloren zullen gaan ?

6-Hoe denkt U de oprichting of de overnames aan te moedigen van KMO's, door senioren die professioneel actief willen blijven ?

7-Wat is uw mening over de vrije keuze van een Senior om het beginuur en het einduur van zijn werkactiviteit te bepalen? En, tenslotte, wat denkt U ervan om alle werkprestaties te valoriseren (ook de werkactiviteit nà 65j) ? En deze te laten gelden voor de berekening van het pensioen ?

De Senioren die een derde van de actieve bevolking vertegenwoordigen, wachten op deze veranderingen, en zij verwachten uw concrete voorstellen. Deze Senioren wensen uw engagement te kennen vooraleer zij naar de stembus gaan ! Toon uw kaarten en deel ons Uw standpunt mede.

Seniorflex zal alle antwoorden (en de identiteit van de niet-antwoorders) op onze internetsite publiceren : www.seniorflex.org.

Wij staan ter beschikking om Uw kommentaar te ontvangen, met U een gesprek aan te gaan, en dit thema nader te preciseren of hierover van gedachten te wisselen.

Mevrouwen, Mijne Heren Voorzitter van de Partij, wij kijken met belangstelling uit naar uw reactie, en zenden U inmiddels onze vriendelijke groeten.

Voor SeniorFlex vzw,  Christiane ROBERT, Voorzitster, en L. DECKMYN mede-oprichter.

logosf-image001

{petition identifier="test_petition"}

 

ASBL-VZW

Petitie: Oud is niet out!

Naar schatting telt België 1,7 miljoen inwoners die de pensioengerechtigde leeftijd van 65 jaar hebben bereikt.
De facto gaan Belgen gemiddeld aan 59 jaar op pensioen zodat het aantal gepensioneerden ruimschoots
het aantal +65-ers overschrijdt.
Wie echter beleidsbeslissingen neemt mag die niet baseren op wat hij in de achteruitkijkspiegel waarneemt,
maar op basis van de tendensen die zich aan de horizon aantekenen.

Demografisch worden wij in België, en vooral in Vlaanderen, geconfronteerd met een dubbele tendens :
-Enerzijds, is er de komende generatie die het aantal vertrekkenden van de papyboom niet compenseren.
De laatste tien jaar verminderde de populatie van de -18 jarigen met 100 000, waarvan 80 000 in Vlaanderen.
Deze tendens zal zich echter nog doorzetten. Tegen het jaar 2050 zou hun aantal nogmaals met 200 000 afnemen.
-Anderzijds en gelijktijdig leven wij allen veel langer, dankzij ondermeer onze betere gezondheidszorgen.
Tegen 2050 zouden in Vlaanderen alleen 1,7 miljoen inwoners de leeftijd van 65 jaar hebben bereikt,
of evenveel als vandaag in heel België. In gans België zouden bijna drie miljoen (2,9 miljoen) mensen
die leeftijdsgrens hebben bereikt.

Deze demografische tendensen negeren is onverantwoord. Maar er is meer.
Een man van 65 heeft nog gemiddeld meer dan twintig jaar te leven en voor een vrouw wordt dat vijfentwintig.
Dit gecombineerde effect van aantallen en duur zet een enorme druk op de financiering van de sociale zekerheid
die kan leiden naar een faling van ons systeem.

 

We moeten daarom twee pistes bewandelen :
Ten eerste, moeten wij, in het kader van de Lissabon strategie, canada dry en andere formules
die de vroegtijdige uitstap uit het arbeidscircuit bevorderen, indijken.
Het generatiepact is al een goede stap in die richting.
Mensen moeten zoveel mogelijk worden gemotiveerd om tot 65 jaar in het arbeidscircuit te blijven.
Op 65 jarige leeftijd heeft men dan echter een onvoorwaardelijk recht op een behoorlijk pensioen,
in functie van het aantal gewerkte jaren, maar moeten een totale vrijheid van keuze behouden
zonder hinderpalen noch wettelijke voorwaarden.

MAAK HET RECHT OP PENSIOEN ONVOORWAARDELIJK

Teneinde die noodzakelijke potentiële inzet van een derde van de "potentieel" actieve bevolking te gebruiken

 dient slechts één maatregel te worden genomen: "het afschaffen van alle beperkingen
zodat een gepensioneerde mag bijverdienen na pensioenleeftijd als hij dat wil".

Laat ons even de stakeholders van dergelijke maatregel bekijken.
1)De gepensioneerden, die dat willen, kunnen zich nuttig maken voor de maatschappij en voor zichzelf.
Ze moeten daarbij niet langer ofwel in het zwart werken of via vennootschapsconstructies
om de wettelijke voorschriften inzake bijverdienen te omzeilen.
Maar vooral heel wat meer mensen die vandaag niet werken, kunnen voor de economie en de maatschappij
in de bres springen.

2)Voor de economie, die competenties ontbreekt op diverse gebieden, is dat een bijkomende input
die de competitieve positie van onze bedrijven zal verbeteren.
Ook maatschappelijk kan dit een belangrijke toegevoegde meerwaarde betekenen.

3)Ook de overheid is aan de winnende hand.
Immers de gepensioneerden die bijverdienen zullen op hun inkomsten sociale lasten en belastingen betalen
wat op termijn de sociale zekerheid betaalbaar houdt. Het is dus een totale win-win actie.

De tegenkrachten :
Wie kan dan tegen zijn?
1)Zij die menen dat ouderen werk gaan afnemen van jongeren.
Dergelijke stelling strookt natuurlijk niet met de realiteit als we zien dat
de meeste ondernemingen kampen met gebrek aan gekwalificeerde arbeidskrachten.
Deze penurie zal aangezien de hierboven beschreven demografische evolutie alleen maar toenemen.
2)De overheid dan, die kan argumenteren dat zij inkomsten zal derven daar vandaag een aantal gepensioneerden
verzaken aan hun pensioenrechten precies omdat ze nog actief willen zijn.
Want ze zouden nog iets bij willen verdienen bovenop hun wettelijk pensioen dat meestal onvoldoende is
om te leven ( vooral voor zelfstandigen) en tal van beperkingen beletten dat nu.

Naar schatting zouden 20 000 gepensioneerden in dat geval zijn.
Zij vertegenwoordigen (aan gemiddeld 1000 euro per maand of 12.000 € per jaar)
een potentiële meeruitgave van 240 miljoen euro per jaar.

Ten eerste zijn deze "inkomsten" niet gerechtvaardig aangezien ze gebaseerd zijn op het ontnemen
van de basisrechten van een gepensioneerde (het pensioen is een uitgesteld salaris
en geen geschenk van de staat).
Maar ook puur financieel worden zij meer dan gecompenseerd door de meerinkomsten
van de (officieel) werkende gepensioneerden zoals het voorbeeld hierna bewijst.

Stel dat 10% van de gepensioneerden(1,7 millioen) blijft werken, de meeste gedeeltelijk.
Dit betekent dat een kleine 200 000 mensen beschikbaar zijn (in 2050, 300 000).
Het is voldoende dat zij bijkomende inkomsten genereren van 200 euro per maand bovenop hun pensioen,
waarop zij ongeveer 100 euro belastingen betalen om deze minderuitgave te compenseren.
100€ x 12 mois x 200.000 personnes = 240.000.000 €
Stel dat zij, wat meer realistisch is, gemiddeld 500 euro per maand bijverdienen,
250€ x 12 maand x 200.000 personen dan zou dit voor de schatkist ongeveer 600 miljoen euro meerinkomsten
genereren. Mooi meegenomen toch.

Deze bijkomende activiteit geeft een bijkomend inkomen dat tevens een verhoging van de koopkracht
betekent , want dit wordt onmiddellijk uitgegeven en komt zo in de normale economische kringloop terecht
die op zijn beurt taksen en btw met zich meebrengt en nieuwe behoeften schept,
dus nieuwe arbeidsplaatsen creëert.
Het wegnemen van alle beperkingen die bestaan voor een gepensioneerde, zal dus onvermijdelijk
een voordelig effect hebben voor alle betrokken partijen.
Maar ook een herstel van de vrijheid van werken

Samengevat

Door het afschaffen van de plafonds wordt de overheid, de economie, de maatschappij en de gepensioneerde

beter.
Waar wachten wij nog op om te handelen en er voor te gaan?

U kunt onze actie ondersteunen !
Onderteken deze petitie via www.seniorflex.org

 

Voor SeniorFlex vzw
Christiane ROBERT, Voorzitster

Rudy Aernoudt Secretaris-generaal Vlaamse Overheid
Dept Economie, Wetenschap en Innovatie (EWI)

 

Alle Beheerders van SeniorFlex – vzw
Michel Delannoy - Onder Voorzitter, Beheerder van de FIDES (Fr)
Martine Croisiau
Francis Féraux
Jules Lapière
Guillaume Metten
André Puttemans
Toon Vandamme
Didier van der Meersch
Michel Walch

2007

A propos

Nous sommes des femmes et des hommes de bonne volonté, luttant en Belgique et en France, depuis 2003, contre la discrimination par l'âge dont font l'objet les seniors et pour la liberté de choix de ceux qui désirent continuer à exercer une activité lucrative après 45 ans, sans subir rejets, préjugés, pénalités ni contraintes administratives.

Suivez-nous